De la Société Anonyme des Usines Renault 

 à la Régie Nationale des Usines Renault 

1922

Au salon apparaissent
un nouveau logo rond
et un nouveau capot « coupe vent » sur certains modèles.
La nouvelle 6 CV type KJ présentée à ce même salon
est la première équipée
d’un moteur monobloc à culasse rapportée. Elle restera
au catalogue de nombreuse années sous les appellations KJ1, MT, NN, NN1, NN2. Début
des travaux pour surélever l’île Seguin de 5 à 9 m pour la mettre au dessus du niveau des crues.

1923

Apparition du modèle 6 roues, destiné au Sahara
et aux colonies. Il s’illustrera dans de nombreux raids et aventures.

1924

31 janvier :
la mission Gradis-Estienne atteint
le Niger après avoir traversé le Sahara avec des voitures Renault 10 CV
« 6 ou 12 roues » jumelées.          
Renault est propriétaire
de l’ile Seguin, sauf une petite parcelle.
Création de la D.I.A.C. (Diffusion Industrielle et commerciale des Automobiles par le Crédit).

1925

24 janvier : Repusseau, le fabricant d’amortisseurs, enlève
le Rallye de Monte-Carlo sur Renault 40 CV.
Louis Renault est nommé commandeur de la Légion d’Honneur.
11 mai : Garfield et Plessier battent à Montlhéry les records 
des 3 heures,
6 heures, 500 km
et 500 miles
sur une Renault
40 CV type NM.
3-4 juin :
Ils se remettent en piste et battent
le record
des 24 heures
(3384,759 km)
3 juillet : Arrivée
au Cap du capitaine Delingette et Madame qui, partis d’Oran, ont traversé l’Afrique du Nord au Sud avec leur 10 CV 6 roues.

1926

Apparition du nouveau logo losange sur la 40 CV.
23 février : Une nouvelle 40 CV spéciale s’adjuge le record
des 100 km
à Montlhéry
à 188,867 km/h.
19 mars : Cette même voiture reprend les records des 500 km
et des 3 heures.
10 juillet : Reprise du record
des 24 heures qui avait été battu fin 1925 par Bentley, avec 4167,578 km soit presque 800 km de plus qu’un an auparavant.

1927

La Marine Nationale adopte le Diesel Renault pour tous
ses bâtiments.
Toutes les Renault ont maintenant des ailes galbées,
sauf la 6 CV NN de base.

1928

avril :
Louis Renault
et ses principaux collaborateurs visitent les principales usines automobiles américaines.
Nouvelle dénomination
des modèles : Renault adopte les noms, jugés plus attractifs commercialement (Monasix, Vivasix). Cette tendance
se généralisera et perdurera jusqu’à la deuxième guerre.
La 40 CV achève sa carrière et est remplacée par la Reinastella, première Renault avec radiateur à l’avant et dotée
d’un 8 cylindres en ligne.

1929

Sortie du premier poids lourd Renault à moteur Diesel.

28 novembre :
La première tranche d’aménagement
de l’île Seguin
est terminée
et 100 journalistes sont invités à la visiter.
Tous les radiateurs passent à l’avant
et tous les moteurs sont à 6 cylindres sauf la 10 CV KZ4
(4 cyl.) et les Nervastella et Reinastella avec leur 8 cylindres.
4 décembre :Création de la Société Financière et Foncière
des garages Renault (S.F.F.).

1930

25 mai :
Louis Renault
est appelé à siéger
au Conseil de l’Ordre
de la Légion d’Honneur.
14 juin : Rallye des
« Vieux Tacots » de Lisieux à Deauville avec 3 Renault de 1902 et une de 1900.
29 décembre : Présentation aux agents de la marque de la Primaquatre,
10 CV à moteur 4 cylindres, destinée à contrer la C4 de Citroën.

1931

31 mars :
Création
de la SAFE (Société des Aciers Fins de l’Est)
à Hagondange pour
la fourniture des aciers
et tôles aux usines Renault. C’est un des temps forts
de l’intégration verticale visant à briser le monopole des Maîtres
de Forges.
25 août : Mise en service de l’autobus TN4A, future icône
de l’autobus parisien.
4 mai : L’ingénieur André Lefebvre entre chez Renault comme adjoint au Directeur des Etudes.

1932

Louis Renault est fait Grand Officier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.
7 octobre : Arrivée aux Champs-Elysées du Rallye
des Ancêtres, parti de Bordeaux, et remporté par Becquet
sur Renault type K (Paris-Vienne) et Haubourdin sur une 14 CV de 1903 (type N).

1933

février :
André Lefebvre dont les conceptions trop modernes s’accordent mal au classicisme de Billancourt, quitte Renault pour Citroën où il créera
la Traction Avant.
1er juillet : A la demande du Ministère de l’Air, Renault prend le contrôle des Avions Caudron en faillite. Au Salon de l’Auto, adoption des carrosseries « aérodynamiques » sur la quasi-totalité de la gamme.
26 décembre : Delmotte bat les records des 100 km et 1000 km pour avions de moins de 450 kg sur un Caudron type coupe Deutsch à moteur Renault Bengali.

1934

5 avril : Une Nervasport à carrosserie profilée dessinée
par Riffard (qui avait dessiné le Caudron des coupes Deutsch
de la Meurthe) bat le record des 48 heures en parcourant
8035 km à Montlhéry.

1935

Les banques sont hostiles
à la reprise de Citroën
(en faillite) par Renault. L’histoire romancée dit
que Renault avait refusé
par correction envers
son concurrent malheureux.
Apparition du moteur « 85 » avec culasse en alliage léger.
Une Nervasport remporte le Rallye de Monte-Carlo puis la course Liège-Rome-Liège.

1936

29 mai :
Grève à Billancourt.
Le travail ne reprendra véritablement que le 13 juin.
17 août : L’usine rouvre
ses portes après 15 jours d’arrêt pour les premiers congés annuels.
30 décembre : Maryse Bastié franchit l’Atlantique Sud à bord de son Caudron Simoun en 12 h 5 mn, battant le record
de Joan Batten de plus de 1 heure.  

1937

7 octobre :
Présentation au Salon de l’Auto de la Juvaquatre, première Renault à coque autoporteuse et à roues avant indépendantes. Ce sera le seul modèle qui traversera la deuxième guerre.  
Pour la deuxième année consécutive, Renault
est en déficit.

1938

29 mars : Une Juvaquatre tourne pendant 50 heures à Montlhéry à 107,82 km/h de moyenne.
24 novembre : Occupation des usines par des grévistes. Évacuation par les gardes mobiles et licenciement
de 1868 ouvriers.

1939

Février : Louis Renault est photographié avec Hitler au Salon de Berlin, ce dont certains se souviendront 5 ans plus tard.
1er avril : Sortie du premier numéro
de Prise Directe, revue interne à destination du personnel. 
novembre : Raoul Dautry, ministre
de la guerre, mécontent de la mauvaise volonté affichée par Louis Renault
pour intensifier les productions de guerre, place un contrôleur des usines
à Billancourt.

1940

10 - 14 juin : Évacuation des usines. C’est l’exode.
Saisie des usines par les autorités allemandes qui placent à leur tête le prince von Urach et des cadres de Daimler-Benz.
Premiers plans du projet 106
qui deviendra la 4CV.

1941

Seule la production de camions est autorisée par les autorités d’occupation.

1942

Renault assure les commandes spéciales de l’occupant.

3 mars : Bombardement
des usines par l’aviation anglaise qui déborde largement
sur Boulogne: 500 morts
et 2000 blessés.
décembre : Le premier prototype de la 4CV est achevé.

1943

9 mars :
Bombardement
des usines du Mans.
4 avril : Bombardement
de Billancourt.
21 juin : Homologation
de la 4CV.
3 et 15 septembre : Bombardement de Billancourt
et du Point du Jour.
Louis Renault annonce
sa préférence pour le projet
de la 11 CV plutôt que la 4 CV. Les études de cette dernière se poursuivent
dans la clandestinité.

1944

13 mars : Bombardement des usines du Mans.
23 septembre : Arrestation de Louis Renault et réquisition
des usines par le Gouvernement provisoire de la République
le lendemain.
4 octobre: Nomination de Pierre Lefaucheux
comme administrateur provisoire..
24 octobre : Mort de Louis Renault
15 novembre : Confiscation des biens industriels
de Louis Renault.

1945

16 janvier : Parution de l’ordonnance 45-68 portant
nationalisation
de la Société Anonyme des Usines Renault et création de la Régie Nationale des Usines Renault.

Les biens de Louis Renault en rapport avec les usines sont transférés à l’Etat.